Accueil » Washingtonia CARE (palmier mexicain et palmier de Californie)

Washingtonia CARE (palmier mexicain et palmier de Californie)


DIFFICULTÉ ÉCLAIRAGE ARROSAGES
TYPE DE PLANTE CYCLE

N. SCIENTIFIQUE : Washingtonia
N. COMMUN : Palmier de Californie et palmier mexicain
FAMILLE: Arecaceae
ORIGINES : Basse-Californie, États-Unis et Mexique
FEUILLAGE:
FLEURS :
ANCHO :
ALTO: 5 à 10 m
PLANTATION: Printemps été
D’HABITUDE JE: Bien drainé, riche en humus, sableux, argileux, sec, calcaire
pH : Indistinct
LA REPRODUCTION: Des graines
RUSTICITÉ:
ZONES USDA : 8, 9, 10, 11
palmier de californie

Origine et caractéristiques

Le genre Washingtonia Il comprend deux espèces qui sont souvent confondus les uns avec les autres et qui sont très communs dans les jardins méditerranéens, les îles Canaries et autres climats chauds. Les deux sont originaires des zones arides du nord-ouest de la Basse-Californie, au Mexique. Cependant, le Washingtonia filifèreun peu plus résistante, s’étend plus au nord, jusqu’au sud de la Californie et au sud-ouest de l’Arizona.

Le Washingtonia a un tige droite simple qui peut dépasser 20 m de long, avec une base aussi large qu’un pied d’éléphant. Les larges feuilles en forme d’éventail se plient en forme de V et forment un jupon autour du stipe lorsqu’elles sont sèches, atteignant le sol sur W. filifera si elles ne sont pas coupées.

Les deux espèces ont des épines des deux côtés de leurs longs pétioles, mais avec des formes différentes. Les segments vert clair, retombant aux extrémités, ont de longs filaments blanchâtres qui leur donnent un aspect effiloché, mais ce caractère est moins prononcé, surtout chez les plantes de Washingtonia robusta Plus ancien.

Ces palmiers sont hermaphrodites et forment inflorescences longues ramifiées, de couleur crème, qui dépassent largement les feuilles (tiges arquées de 4 m chez W. filifera et de 2 à 3,60 m chez W. robusta). Les fleurs sont de couleur chair chez W. filifera et blanches chez W. robusta.) Les très nombreux fruits de la taille d’un pois sont de petites drupes ovoïdes noires. Les graines brunes ovoïdes mesurent 0,5 cm.

Voilà quelque caractéristiques qui vous aideront à les distinguersachant que l’hybridation entre les 2 espèces est fréquente et donne des sujets aux caractères mixtes !

La tige de W. filifera est beaucoup plus épaisse et large à la base que celle de W. robusta, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser ! Il a également un jupon épais jusqu’au sol si les feuilles sèches ne sont pas coupées. W. robusta perd ses feuilles plus tôt et n’a qu’un jupon au sommet du stipe.

Chez W. filifera, les pétioles épais, pouvant atteindre 2 m de long, sont vert clair et bordés de simples dents orange, assez fines, tandis que chez W. robusta, ils sont larges et crochus. La base des pétioles de W. filifera est brun clair lorsqu’elle est sèche, alors qu’elle reste longtemps rougeâtre et est très divisée chez W. robusta. Les pétioles de Washingtonia robusta ne dépassent pas 1,50 m de long.

La coupe du Wa. filifera est plus large (4,50 m au lieu de 3) que celle de W. robusta. Les feuilles apparaissent également plus étroites et plus ridées, plus ternes et moins circulaires que chez W. robusta. Ce dernier présente une tache blanche au centre du palmier vu de dessous, contrairement à W. filifera, mais uniquement sur les plantes plus âgées.

Le botaniste allemand Hermann Wendland lui a donné ce nom en 1879, en l’honneur du premier président américain, George Washington (1732-1799). Filifera vient du latin filium (fil) et fero (porter) en raison de sa tendance à former des fils entre les segments des feuilles, bien que cela ne soit pas toujours évident. Robusta vient du latin robustus, qui signifie « robuste », pour signifier que son port est plus compact, du moins à l’état juvénile.

Soin du palmier mexicain et du palmier de Californie

washingtonia -différences
Washingtonia filifera , (palmier de Californie) – Washingtonia robusta (palmier mexicain)

Plantation et transplantation

Vous pouvez le planter au printemps ou en été.

Comment le planter ?
peut être planté eten pleine terre ou dans de grands pots. Ils se repiquent bien, mais il faut veiller à ne pas déranger les racines pour limiter le stress.

  • Creusez une fosse profonde de deux fois le diamètre de la motte.
  • Ajoutez quelques pelletées de terreau ou de compost organique, comme de la corne moulue.
  • Positionnez l’arbre de manière à ce que le collet soit au ras de la surface du sol.
  • Former une gouttière et arroser copieusement le premier été.

Ces palmiers peuvent aussi être cultivés en pot dans une serre froide ou en extérieur.

  • Utilisez un mélange de litière de feuilles bien décomposées et de terreau ordinaire, par exemple.
  • Bien égoutter le fond du pot avec des billes d’argile.

Rempotez Washingtonia assez souvent car ils développent un système racinaire fort. Utilisez de la terre de jardin ou un compost riche.

Substrat

Ils s’adaptent à tous les sols, bien qu’ils montrent une préférence pour les sols calcaires.

Éclairage et températures

Les Washingtonias ont besoin d’un climat chaud et tempéré avec beaucoup de soleil.

Ces plantes peuvent être cultivées dans une serre froide, évitez donc de les placer dans un endroit trop chaud ou trop sombre.

Pour les sortir au printemps, attendez que la température extérieure se rapproche de celle du lieu où ils se trouvent. Elle procède ensuite par étapes, en n’enlevant le palmier qu’aux heures les plus chaudes de la journée, dans un endroit ombragé à l’abri du vent.

Exposez progressivement le feuillage à plus de soleil. Placez une feuille de manière à ce qu’elle reçoive la lumière directe du soleil. Après quelques jours, s’il n’y a aucun signe de brûlure, vous pouvez mettre votre palmier en plein soleil. Gardez-le à l’extérieur jusqu’aux premières gelées nocturnes d’automne.

Dans le cas de plantes grandes et difficiles à déplaceraérez la pièce quelques heures par jour et uniquement au milieu du printemps, lorsqu’il n’y a pas de risque de gel.

Dans les régions aux températures défavorables, soulever les palmes autour du cœur et envelopper les jeunes plants de nattes. Enlevez la neige des palmiers si nécessaire.

Irrigation et engrais

Donnez-leur un approvisionnement généreux en eau et en compost par temps chaud pour encourager la croissance.

Washington à MAceta

Taille et nettoyage

Si nécessaire, coupez les palmiers séchés en laissant le début de la tige pour un aspect plus propre.

Il suffit d’enlever les palmiers secs ou abîmés par le gel à quelques centimètres de la base des pétioles qui formeront le stipe. Cela peut se faire au printemps, à partir de fin avril, ou en été.

Fléaux et maladies

La sécheresse des paumes peut être due à :

  • Vieillissement naturel de la feuille, en l’occurrence celles qui entourent la couronne
  • Dommages causés par le gel (si le limbe de la feuille est couvert de taches vert foncé qui sont devenues brunes ou jaunes)
  • Coup de soleil (si précédé d’une rougeur des tissus)
  • Pourriture des racines due à un excès d’eau dans le sol : des taches noires persistantes apparaissent sur le limbe. Améliore le drainage.

Sinon, peu de ravageurs attaquent Washingtonia cultivé à l’extérieur, sauf, le papillon Paysandisia archonte depuis 1997 et le paon rouge (Rhynchophorus ferrugineus) depuis 2006, causant d’importants dégâts.

Les palmiers troués par le papillon, les palmiers coupés, secs ou jaunis par le charançon doivent vous alerter. Ces ravageurs, introduits accidentellement, s’attaquent à tous les types de palmiers et provoquent une mort rapide du spécimen, c’est-à-dire la dessiccation totale des palmiers dès que le cœur est atteint par les larves.

Contre ces deux fléaux, il existe une procédure de lutte biologique sûre basée sur des nématodes microscopiques. nématodes Steinernema carpocapsae sous forme de poudre mélangée à de l’argile, elles doivent être diluées dans de l’eau puis saupoudrées sur la tige et la couronne humides. Pulvériser 3 fois à 3 semaines d’intervalle de mars à novembre. Une boîte de 50 millions de nématodes traite 1 à 5 arbres, mais ne se conserve que 2 semaines au réfrigérateur !

L’application de la colle brevetée INRA Biopalm Il a un effet préventif principalement contre la teigne. Composé principalement de substances d’origine végétale (huiles végétales, latex et colophane), il est appliqué une fois par an sur la cime du palmier au moyen d’un dispositif de pulvérisation et forme une barrière physique qui empêche la ponte des œufs et affaiblit les insectes qu’ils sortent du stipe. Il s’applique également sur les plaies fraîches pour limiter l’émission de substances attractives pour le charançon rouge du palmier.

Ostrinil® C’est un insecticide naturel composé de spores fongiques qui s’utilise également en traitement préventif à raison d’un toutes les 3 semaines de début juin à septembre.

Une mobilisation générale dans les zones infectées est nécessaire pour contrôler ces 2 ravageurs qui progressent très rapidement. Couper les tiges des fleurs mâles permet également de limiter leur propagation par le pollen, ainsi que de placer un collet de cola à la base de la couronne.

Los pucerons, cochenilles et acariens ce sont des ravageurs assez courants, surtout à l’intérieur, et doivent être traités avec des insecticides ou des acaricides.

La jaunissement des feuilles cela peut être dû à un manque de fer ou de minéraux (magnésium). Fertiliser avec un engrais complet pour palmiers.

Reproduction du palmier mexicain et californien

La Washingtonia peut se multiplier par ensemencement, dès que les fruits mûrissent en fin d’été. Les graines germe très facilement en 2 moismais il faut tenir compte du fait que l’hybridation est fréquente entre les deux espèces.

La germination a lieu au bout de 3 à 6 semaines après le retrait de la pulpe des graines. gardez-le dans un environnement humide et sombreun 20-25°Cau-dessus d’un radiateur et avec un film transparent sur le pot, par exemple.

La croissance est lente les 3 premières années, puis s’accélère brusquement si bien que de belles plantes de 3 m peuvent être obtenues en quelques années, notamment chez W. robusta.

washingtonia sur terre

Un peu d’histoire…

Le premier Washingtonia filifera a été planté en pleine terre en 1877 à Cannes par le Comte d’Eprémesnil. Les plantes appelées Pritchardia filifera proviennent d’un horticulteur belge, M. Linden. Quelques années plus tard, en 1883, Edouard André plante le premier Washingtonia robusta à Golfe-Juan. Le botaniste allemand Hermann Wendland (1825-1903) considérait que les plantes fournies par un autre horticulteur belge, Louis Van Houtte, sous le nom de Pritchardia filifera, appartenaient à une nouvelle espèce. Ces palmiers ont été nommés Washingtonia en 1879.

Aux États-Unis, W. robusta est connu sous le nom de « Skyduster », en référence à son long stipe qui se termine par une petite couronne hérissée.

Les deux espèces de Washingtonia sont présentes avec Brahea armata sur un site près de Catavina Arroyo, Baja California (Cornett, 1987).

Les feuilles de Washingtonia robusta étaient utilisées pour le chaume et les fruits étaient consommés après la cuisson. Charles Naudin (1815-1899) raconte en 1890 que les Indiens Cahuilla rôtissaient les fruits du Washingtonia filifera et les réduisaient en farine pour se nourrir. Ils produisaient une boisson alcoolisée à partir de la sève. Les feuilles étaient utilisées comme paille, tressées en sandales et autres objets. Les branches des inflorescences étaient utilisées comme briquets primitifs.

Laisser un commentaire