Accueil » Maladies de l’érable japonais : que faut-il savoir?

Maladies de l’érable japonais : que faut-il savoir?

Il s’agit de l’un des plus beaux arbres ornementaux qui existent, et un candidat parfait si nous devons choisir des arbres pour les petits jardins. Cependant, il est important de connaître en détail les maladies de l’érable du Japon. Car, bien qu’il soit extrêmement résistant, nous ne devons pas perdre de vue quelque chose d’important : toute affection peut compromettre sa santé, et il est essentiel de savoir la détecter à temps pour éviter qu’elle ne se propage dans notre arbre.

Bien que les soins de l’érable palmé du Japon n’est pas très difficile, mais ne nous relâchons pas. Comme toute autre plante, une mauvaise culture ou même des circonstances environnementales spécifiques peuvent faire des ravages. Une bonne raison de garder un œil dessus, surtout pendant les mois chauds et l’automne. C’est pendant ces périodes, la période de développement et le début de son repos végétatif, que notre érable japonais peut avoir besoin d’une vigilance particulière pour éviter les mauvaises surprises. Et comment va-t-il nous montrer que quelque chose ne va pas ? Simple : à travers ses feuilles

Découvrons en détail comment interpréter leurs changements de couleur et, surtout, comment les résoudre à temps.

COMMENT IDENTIFIER LES MALADIES DE L’ÉRABLE JAPONAIS

Il suffit de regarder l’érable japonais pour découvrir pourquoi il est l’un des plus importants arbres avec plus d’adeptes que tout autre arbre existant. Le caractère unique de ses feuilles palmées devient un spectacle lorsqu’elles prennent leur coloration classique rouge ou rose, selon la variété. Une véritable beauté naturelle d’une grande valeur esthétique qui n’a qu’un seul inconvénient : c’est un arbre à croissance lente. Et oui, nous devrons être patients pour le voir grandir, mais l’attente en vaudra la peine !

Mais outre sa beauté, il présente un autre avantage : de manière générale, il est incroyablement rustique. Ce qui ne l’exempte pas de souffrir de maux tels que ceux que nous allons voir ci-dessous décortiqués du meilleur point de vue possible : comment ils affectent sa morphologie.

1. petites protubérances sur les feuilles et les tiges.

Extrêmement rare mais, dans la nature, possible dans de rares cas. Ce type de manifestation est révélateur de l’une des plus rares des maladies de l’érable japonais : la présence d’une infestation d’acariens ou de cochenilles.. On peut aussi le détecter par ce qui ressemble à des taches cotonneuses ou même par la présence du champignon noir. Il s’agit d’un véritable signal d’alarme indiquant que notre arbre subit une invasion, car au moment où le champignon apparaît, il est plus que probable que les insectes aient colonisé la plante.

Elle a tendance à se produire surtout dans les jeunes spécimens et c’est une maladie qui doit être traitée de deux manières différentes, mais toujours en parallèle. D’une part, en appliquant un insecticide qui tue les insectes à l’origine de l’infection. D’autre part, en sachant comment éliminer le fumagine ou champignon noir. Cette tâche n’implique pas seulement l’utilisation d’un fongicide.

2. Feuilles flétries, enroulées ou ridées

Une fois de plus, nous sommes confrontés aux effets d’un insecte plus que familier pour les amoureux des plantes : le puceron.

Loin d’être sous-estimée en raison de sa petite taille, ce n’est pas une infection à prendre à la légère. Un grand parasite, ça peut même, modifier la croissance normale de notre arbre. Une bonne raison d’agir dès que nous détectons sa présence.

3. Feuilles brunes, l’une des maladies les plus courantes de l’érable japonais

Et l’une des plus complexes ! Pas tant parce qu’il est compliqué d’inverser l’état des feuilles, mais parce que la véritable complication réside dans le fait de savoir ce qui cause l’apparition. Lorsqu’un érable japonais a des feuilles brunes, il y a une longue liste de raisons à cela. Il est donc préférable de les connaître, afin de pouvoir trouver où se situe le défaut de croissance.

Voyons en détail quelles conditions peuvent amener ses précieuses feuilles à prendre cette teinte :

  • Climat sec ou vent excessif : Le manque d’humidité et le fait d’être situé dans une zone venteuse peuvent tous deux entraîner la déshydratation des feuilles. Si le climat est sec, les feuilles peuvent être aspergées d’eau douce au coucher du soleil. Si le problème est qu’il se trouve dans une zone venteuse, déplacez le pot ou protégez-le du vent.
  • Soleil direct : rappelez-vous que c’est un arbre qui a besoin d’ombre ou de mi-ombre pour se développer dans de bonnes conditions. S’il est exposé à la lumière directe du soleil, ses feuilles en souffriront. Pour éviter cela, on peut changer son emplacement s’il est dans un pot ou, s’il est planté en pleine terre, utiliser un filet d’ombrage ou planter l’une des plantes suivantes comme les arbustes à croissance rapide pour les haies afin d’agir comme une barrière naturelle contre le soleil
  • Manque d’eau : L’érable japonais ne tolère pas la sécheresse ni l’engorgement. Lorsqu’il n’est pas hydraté à la hauteur de ses besoins, ses feuilles deviennent brunes. Pour inverser ce problème, il suffit d’arroser, mais faites attention. Avant de le faire, il est bon de vérifier l’humidité à environ 10 centimètres de la surface. S’il est sec, arrosez-le. S’il n’est pas sec, ce n’est pas la raison pour laquelle l’érable japonais a des feuilles brunes.
  • Arrosage excessif : Curieusement, cela se manifeste de la même manière que la déshydratation. Il faut non seulement vérifier que le substrat n’est pas trop humide en profondeur, mais aussi que le drainage fonctionne. Il est également judicieux de vérifier l’état du substrat et d’ajouter de la perlite au mélange pour aider à drainer l’excès d’eau de l’arrosage. En outre, et dans le but de prévenir l’apparition de champignons, il est indispensable de traiter les racines avec un fongicide.
  • Manque d’espace : très courante lorsqu’elle est cultivée en pot. Si nous avons écarté tous les maux susmentionnés, il est probable que notre érable japonais réclame une transplantation.
  • Transplantation prématurée : L’érable japonais doit être transplanté lorsqu’il est encore en dormance. Ou, en d’autres termes, à la fin de l’hiver. Si elle est faite à un autre moment, sa première réaction sera probablement de changer la coloration de ses feuilles en réponse au stress de la transplantation.

4. Feuilles jaunes, un autre classique

Et comme c’est le cas lorsqu’un érable japonais a des feuilles brunes, il n’y a pas qu’une seule raison à cela.

La première et la plus importante raison est généralement une carence en fer dans le sol. Il est très exigeant en nutriments, notamment en fer. C’est un élément essentiel pour que la photosynthèse se déroule correctement. Lorsque cette carence se produit, les feuilles deviennent jaunes mais les nervures restent vertes. Si c’est le cas de votre plante, il est temps d’appliquer un produit anti-chlorose.

Mais que se passe-t-il si les feuilles de l’érable japonais jaunissent et tombent ? Dans ce cas, nous avons affaire à la présence d’un champignon qui vit dans le sol, et qui se manifeste à la suite d’un arrosage excessif. Parfois, elle n’apparaît même que sur une partie de l’arbre, le reste de l’arbre présentant sa coloration normale. Le traitement ne doit pas être retardé : il est essentiel d’appliquer un fongicide dès qu’il est détecté.

Rien de tel que de connaître les maladies de l’érable du Japon pour les éviter ou, du moins, les arrêter. Car ce n’est qu’en prenant soin de sa santé que nous pourrons contempler l’incroyable spectacle végétal de cet arbre.

Laisser un commentaire