Accueil » Comment multiplier les plantes par division

Comment multiplier les plantes par division


Multiplier les plantes par division est l’un des moyens les plus simples d’obtenir plus de plantes à partir d’une seule. La multiplication par division s’applique à de nombreuses plantes :

  • plantes vivaces herbacées qui poussent sur des vignes composées de plusieurs plantes d’une même souche : phlox, asters, pâquerettes sauvages, primevères sauvages, anémones…
  • Ceux qui poussent à partir de bulbes (tulipes, narcisses), tubercules (dahlias) ou rhizomes (iris).
  • Plantes qui émettent des coureurstiges rampantes aux extrémités desquelles s’établit une nouvelle motte identique à la motte mère (plants de fraisiers).
  • certains buissons qui se ramifient naturellement (cornouillers) ou poussent spontanément (ronces).

Mise en garde: Assurez-vous de choisir une plante saine à diviser. Sinon, vous risquez de transmettre leurs maladies aux nouvelles pousses.

Nous verrons maintenant comment multiplier les plantes par division.

1 La bonne saison pour multiplier les plantes par division

Vous pouvez théoriquement propager plantes vivaces en toutes saisons. Cependant, la plupart récupéreront plus rapidement si vous les enlevez et les repiquez pendant la saison de croissance au printemps. C’est notamment le cas des bambous et autres graminées, fougères ou agapanthes.

D’un autre côté, dans les régions sèchesil vaut mieux attendre début de l’automne et les premières pluies. Il en va de même pour les plantes bulbeuses qui fleurissent en été, comme le dahlia.

Par exemple, vous diviserez une anémone du Japon au printemps ou en octobre, tandis que l’iris se multipliera fin août. Quant à la ciboulette ou à la rhubarbe au jardin, il est préférable de les diviser au printemps.

Pour les plantes avec fleurs bisannuellesc’est fait en automne.

2 préparer la division

préparer la division

  • Pour multiplier les plantes par division, d’abord soulever la motte avec une fourche bêche, par exemple, pour retenir un maximum de racines. Pour ce faire, n’hésitez pas à creuser profondément sous la motte.
  • Dans le cas d’une grosse motte, vous pouvez la maintenir en place et ne prendre qu’une partie de sa périphérie.
  • Si les racines ne sont pas trop touffues et complexes, enlever l’excédent de terre frapper la motte ou les immerger dans un récipient d’eau. Cela facilitera la division des touffes.

3 Diviser la pâte

diviser les plantes

  • Selon les espèces, les parties situées vers l’extérieur de la souche sont séparées simplement traction modérée à la main des portions à extraire en prenant soin de préserver au maximum les racines (dans le cas de petites plantes à racines fines comme les primevères sauvages, les campanules, les œillets, etc.).
  • Pour d’autres, plus fortement liés ou en touffes étalées (delphinium, lupin, myosotis), pour les tubercules (dahlia) ou les rhizomes (iris), utiliser un outil pointu: rasoir, repiqueur, lame, etc…
  • Pour un groupe trop grand et fermement accroché, placez deux pelles au milieu, dos à dos, et soulevez-en un en faisant levier sur l’autre.

4 Sélectionnez les tiges pour multiplier les plantes par division

planter les divisions

  • Récupérer différentes parties de la motte.
  • Sélectionnez ceux du rivage qui sont plus vigoureux.
  • Supprimer le plus ancien centre, pour éviter tout risque de dégénérescence.
  • Mettez ces nouvelles plantes sélectionnées relativement rapidement dans le sol que vous aurez préalablement préparé.
  • arrosez-les copieusement compacter le sol et le faire adhérer aux racines.

Utilisation: chaque portion à planter doit avoir au moins deux ou trois pousses en bon état.

5 Cas particuliers : bulbes (ou oignons)

La multiplication spontanée de plantes bulbeuses se déroule de plusieurs manières :

  • La formation de petites ampoules à la base du principal (comme c’est le cas de la tulipe, de la jonquille…) ;
  • La division de l’ampoule principale dans les bulbilles (comme par exemple dans l’échalote);
  • La division en bulbes superposés (glaïeul, safran).

Les bulbes des plantes qui fleurissent au printemps mûrissent en été. Les plus gros seront séparés et repiqués à l’automne (cas des tulipes, jacinthes…).

Les plantes qui fleurissent en été mûrissent à l’automne. Ils seront divisés et replantés avant les premières gelées de novembre (glaïeuls, etc.) (rappelons-nous qu’on parle toujours de l’hémisphère nord)

plantes à bulbes

Pour diviser les bulbes :

  • déterrer bulbes avec une fourchette à cuillère.
  • Arrêter les bulbes, bulbilles ou bulbes du bulbe mère.
  • Ne gardez que le plus grand.
  • creuser un trou planter 2 ou 3 fois la hauteur du bulbe.
  • Plante ampoules pointant vers le haut.
  • Apisona bien la terre.

6 Cas particuliers : plantes à stolons

plantes à stolons

Los estolones fils tiges rampantes qui finissent par développer des racines. Ils peuvent être séparés de la plante mère pour produire une nouvelle plante. Un exemple typique est la fraise.

  • Lorsque vous voyez que la plante fille est bien enracinée dans le sol et commence à pousser, couper le stolon en l’attachant à la plante mère avec un couteau ou une pelle propre et tranchante.
  • Vous avez alors la possibilité de choisir entre :
    • Laisser laissez-le grandir à sa place;
    • Transplanterla ailleurs avant qu’il ne devienne trop grand.
  • Lorsque la plantule commence à pousser au bout du stolon, placez-la dans un récipient rempli de terre humide pour l’enraciner.
  • Une fois ceci fait et le stolon coupé, vous avez une nouvelle plante prête à être repiquée à l’endroit choisi. Si ce n’est pas le bon moment pour mettre la nouvelle plante à son emplacement définitif, placez-la dans une pépinière.

Remarque : Lorsque le processus est répété pour chaque nouveau semis, les plantes résultantes finiront par dégénérer. Sélectionnez les stolons des meilleures plantes et éliminez les autres qui fragilisent inutilement la plante mère.

sept Cas particuliers : plantes émettant des rejets

plantes à rejets

Les rejets sont de nouvelles pousses produites à partir de racines de certains arbustes, arbres et plantes. Des exemples bien connus sont le pommier, le cerisier, le cornouiller, le framboisier, le rosier

  • Lorsque vous constatez que ces pousses ont suffisamment de racines (un an pour un arbre ou un buisson), séparez-les en coupant la racine en les reliant le plus possible à la plante mère avec une pelle.
  • Vous avez alors la possibilité de choisir entre :
    • laisse-les au lieu de cela, pour remplacer un arbre trop vieux, par exemple ;
    • les transplanter pendant la période de dormance (après la chute des feuilles).

Profitez de la division pour placer vos nouvelles plantes dans un sol propre et bien composté.

Vous pouvez essayer de récupérer les plantes qui ont été endommagées lors de l’intervention en les repiquant et en les soignant d’abord dans la serre.

Attention: la plante obtenue sera identique à la plante d’origine (modèle ou porte-greffe). Si votre arbre ou arbuste parent est greffé, vous devrez également greffer votre progéniture pour obtenir une plante totalement similaire.


icône-outils

Matériel nécessaire pour multiplier les plantes par division


Laisser un commentaire