Accueil » Comment éviter et éliminer les pucerons dans le jardin ?

Comment éviter et éliminer les pucerons dans le jardin ?

C’est le grand casse-tête des amoureux du jardin, mais aussi des maraîchers. Savoir comment éliminer les pucerons du jardin doit devenir une véritable priorité si nous ne voulons pas voir ces insectes presque insignifiants gâcher nos cultures. Comme pour les autres parasites, ce serait une erreur de les juger par leur taille réduite.. Malgré leur petite taille, les pucerons peuvent anéantir n’importe laquelle de nos plantes en un temps record. D’une part, en raison de leur incroyable capacité de reproduction et de colonisation. Ensuite, parce que ce sont des insectes suceurs qui se nourrissent de la sève des plantes.

Mais ce n’est pas tout. Outre le fait qu’ils peuvent affaiblir votre plante jusqu’à la mort ou ruiner les nouvelles pousses, la présence de pucerons peut n’être que le début d’une chaîne d’événements naturels et désagréable pour notre plantes de jardin potager. En raison de leur activité, les pucerons sécrètent un miellat qui n’attire pas seulement l’attention des fourmis. Elle peut aussi, dans certaines conditions d’humidité, être le terreau parfait pour un champignon bien connu : le fumagine, également connu sous le nom de champignon noir. Inutile de dire que la somme de tout cela signifie que nos cultures sont susceptibles d’échouer.

Pour toutes ces raisons, il est essentiel de savoir comment éliminer les pucerons du potager en général et du potager biologique en particulier. Mais tout aussi important que cela est pour empêcher ce minuscule insecte de nous compliquer la vie..

POURQUOI LES PUCERONS APPARAISSENT DANS LE VERGER

Commençons par savoir que l’existence du puceron est tout à fait naturelle. Il s’agit d’un agent de la nature et, en tant que tel, sa présence n’a rien d’extraordinaire. Qui plus est : les pucerons sont présents en petit nombre n’est même pas négatif. C’est un bon moyen d’attirer les chrysopes et les marguerites : deux insectes qui sont des prédateurs naturels de ce parasite et qui sont également essentiels à l’équilibre des écosystèmes.

Mais que se passe-t-il lorsque nous sommes confrontés à une infection à part entière ? L’histoire change. Si c’est le cas, nous devons réaliser que sa présence dans nos cultures est une indication claire que quelque chose ne va pas. Et nous ne faisons pas référence à la nature elle-même, mais plutôt à la façon dont nous cultivons nos plantes. La présence de pucerons est une indication que nos plantes sont faibles, et cela n’arrive que lorsque nous ne nous occupons pas d’elles comme elles en ont besoin.

Donc non : bien que nous puissions penser que le puceron s’est pris d’affection pour notre jardin, la réalité est tout autre. Protéger les plantes des parasites est une priorité dans leurs soins. Pour cette raison, il n’y a rien de tel de connaître la liste des raisons qui peut nous faire découvrir comment éliminer les pucerons dans le potager biologique. Mais aussi important que cela soit, il est essentiel d’être clair sur une chose : si nous ne corrigeons pas les erreurs que nous commettons, et quel que soit le nombre de traitements que nous utilisons, elle persistera.

LES BONNES PRATIQUES POUR ÉVITER LEUR PRÉSENCE

Connaître les bonnes pratiques qui préviennent l’apparition des pucerons dans le potager est précisément le meilleur moyen de savoir quelle erreur nous commettons avec nos plantes. Un moyen simple d’éviter les parasites du jardin en été, la saison de pointe pour ces insectes, comme à tout autre moment de l’année.

Ainsi, en plus de surveiller de près nos cultures, il existe certaines bonnes pratiques qui nous permettront d’éviter de devoir éliminer les pucerons de notre potager biologique. Une courte liste de tâches qui, en réalité, sont un rappel des éléments de base indispensables pour tirer le meilleur parti de nos cultures.

1. avoir une diversité de cultures

Et pas seulement parce que nous ne devons pas savoir comment nous débarrasser des pucerons dans le verger : avoir une faible diversité dans nos plantes nous fera également connaître comment combattre l’aleurode sur vos plantes et autres parasites similaires. Un engagement envers la monoculture est directement proportionnel à la faiblesse de nos cultures.

C’est pourquoi il est tout aussi important de choisir les cultures en fonction de leur compatibilité que d’avoir une variété de cultures. Ceci, ainsi que planifier la rotation des cultures dans le potager empêchera l’appauvrissement du sol et, par conséquent, évitera que nos plantes ne disposent pas des nutriments dont elles ont besoin, avec tout ce que cela implique.

2. Fertilisez avec le bon engrais et dans la bonne quantité.

L’excès d’azote, l’un des principaux éléments de certaines engrais pour vergers liquide, est souvent responsable de la faiblesse de nos plantes.

Par conséquent, il est tout aussi important de l’appliquer selon le bon dosage que de le faire en respectant les directives indiquées par chaque fabricant. Mais il existe aussi une autre alternative, parfaite pour les personnes distraites ou peu disciplinées : utiliser un engrais organique solide à libération lente. C’est une façon de nourrir progressivement nos plantes, ce qui évitera aussi ces excès indésirables dont nous parlions.

3. Donnez à nos plantes le soleil dont elles ont besoin

Bien que cela puisse sembler être un rappel redondant, il s’agit d’un échec beaucoup plus courant qu’il n’y paraît dans la culture des plantes. Si nos cultures reçoivent trop ou trop peu de soleil, elles seront également affaiblies, avec tout ce que cela implique.

4. Respecter le calendrier des semis, crucial pour éviter de devoir éliminer les pucerons du verger.

Peu importe les efforts que nous faisons, la nature a ses cycles. Forcer une certaine culture à pousser à un moment où elle n’est pas censée le faire est le meilleur moyen pour qu’elles souffrent de maladies et d’attaques de parasites.. Il est donc essentiel de bien connaître les besoins de chacun d’entre eux, et de semer ou planter au bon moment.

5. Arroser correctement

Il s’agit d’un autre élément de base extrêmement important que nous faisons souvent de manière incorrecte. Nous avons tendance à penser que seul le manque d’eau est négatif pour les plantes sans savoir que l’excès a le même impact, voire pire. Soumettre nos plantes, quel que soit leur type, à l’un ou l’autre de ces éléments peut avoir de graves conséquences. Si nous arrosons trop, nous courons même le risque de pourriture des racines. Mais si nous sommes sous l’eau, nous pouvons déclencher ce que l’on appelle le stress hydrique, un phénomène qui, une fois de plus, va les affaiblir en ne leur apportant pas l’hydratation dont ils ont besoin.

Pour cette raison et en dehors du fait de savoir comment organiser l’arrosage du potager en été ou en toute autre saison, il est également essentiel d’utiliser des systèmes d’irrigation qui peuvent être utilisés en été et en hiver : l’irrigation pour garantir que nos cultures disposent de l’eau dont elles ont besoin à chaque étape de leur croissance.

6. Avoir des plantes amies dans le jardin

Avoir des plantes qui repoussent les parasites du jardin a un double sens. D’une part, ils sont parfaits pour tenir à distance ces insectes gênants, dont la plupart se sentiront mal à l’aise à cause de leurs odeurs. Mais ce n’est pas leur seul point positif : outre le fait que leur présence augmente la diversité indispensable dont nous parlions plus haut, les avoir chez vous est également un excellent moyen de les tenir à distance.

7. Installez un hôtel à insectes

Si vous vous demandez pourquoi avoir un hôtel d’insectes dans votre jardin ? Vous venez de trouver une bonne raison. La présence de ce type de structure permet non seulement de préserver la biodiversité de nos espaces verts, mais elle est également essentielle pour abriter toute la faune sympathique que nous avons évoquée en parlant des plantes amies du jardin.

ET S’IL Y EN A UN, QUE PEUT-ON FAIRE POUR ÉLIMINER LES PUCERONS DANS LE POTAGER BIOLOGIQUE ?

Si à cette occasion nous ne sommes pas arrivés à temps pour l’éviter, il est essentiel de savoir comment éliminer les pucerons du potager biologique. Une chose qui, précisément à cause de ce dernier terme, ne peut être faite à la légère, tant en raison de la philosophie que de l’approche de ce type de jardin.

Lorsque nous voulons démarrer un jardin potager biologique, nous le faisons avec l’intention de minimiser l’impact des produits chimiques et des substances synthétiques à la fois sur le sol et sur les fruits que nous récoltons. Ainsi, pour éliminer ces petites bestioles de l’équation, nous avons trois moyens possibles de préserver le caractère durable que nous nous sommes fixé :

1.les éliminer manuellement, une option qui ne convient qu’aux petites infections.

Une solution très respectueuse des plantes mais pas si respectueuse de nos propres nerfs. Avec beaucoup de courage et, surtout, beaucoup de patience, nous pouvons nous débarrasser un par un de ces insectes gênants.

Loin d’être une tâche ponctuelle, il est probable que nous devrons le répéter régulièrement. Gardez à l’esprit que nous éliminons uniquement les pucerons adultes, mais que les pucerons pondeurs peuvent éclore lorsque nous avons débarrassé la plante de l’infection.

2. Utilisez de l’eau sous pression pour nettoyer les plantes, une mesure qui peut être agressive selon le type de culture.

Une autre formule écologique mais, selon le type de culture, peut-être pas tant pour nos plantes. Selon le type de plantes, cette action peut compromettre leur bien-être ou même briser leurs tiges.

3. Utilisez un insecticide écologique pour éliminer les pucerons dans le verger sans produits chimiques nocifs.

Il l’est, sans aucun doute, l’option la plus efficace. Et c’est peut-être même la dernière étape après les deux que nous venons de mentionner. Choisir un insecticide spécifique à ce type d’insecte et respectueux de l’environnement nous permettra de contrôler sa présence sur nos plantes sans compromettre le sol, les plantes et, surtout, les fruits que nous voulons récolter.

Et n’oubliez pas : lorsqu’il s’agit d’éliminer les pucerons dans le potager biologique, « mieux vaut prévenir que guérir ». C’est une façon d’éviter les frayeurs avec nos cultures, mais surtout d’éviter les ennuis.

Laisser un commentaire